WebOS passe en open source

Posté par SOS Blog's Team le samedi 10 décembre 2011

Après les turpitudes de l’arrêt de l’activité mobile et hardware, HP a annoncé le passage de webOS dans le domaine Open Source. Le système pourra donc voler de ses propres ailes et ne pas disparaitre de la carte. Oui mais voilà… Cela ne veut pas dire qu’il continuera à exister. En effet, le passage en open source ne garanti en rien l’existence d’un système. La communauté reste libre de faire ce qu’elle veut.

Le succès d’un projet open source est intimement lié à son principal prescripteur. Au plus ce dernier s’inverti, au plus le système sera pérenne. C’est le cas pour Google avec Android. C’est aussi le cas avec Ubuntu et Canonical. Les société continuent à développer mais permettent à qui veut d’utiliser et améliorer. HP dit qu’il restera un acteur majeur du développement de la plateforme. C’est à souhaiter, faute de quoi WebOS ira rejoindre d’autres système dans les limbes de l’oubli…

Source : HP

Systèmes d'exploitation | Ajouter un commentaire

Google se rapproche de la Linux Fondation

Posté par SOS Blog's Team le mardi 20 avril 2010

Linux n’est pas nouveau sur le mobile. Il existe beaucoup de variantes et adaptations officiellement Linux ou non. Parmi les systèmes mobiles s’appuyant sur le noyau Linux, nous pouvons citer OpenMoko, LiMo, Meego (fusion de Maemo, Nokia et de Moblin, Intel), WebOS (Palm), Android et toute une série de variations faites par Motorola (Ming, MotoMAGX, …)

Toutes ces variations ne sont pas open source et certaines ont des adaptations vraiment particulières. WebOS par exemple mise énormément sur une gestion multitâche optimisée. Android est open source mais n’est pas encore considéré comme une variante officielle de Linux sur mobile. Pour cela, Google a annoncé un rapprochement entre la Linux Fondation et ses équipes.

A quoi cela servira ? Pour Google, c’est s’assurer le soutien de la communauté Linux au sens large en plus de celle existante. Au plus la communauté est large, au plus le système sera incontournable. Quand une entreprise doit faire un choix d’intégration d’un système, c’est une donnée qui compte. D’un autre coté, cela permet également de passer devant les « concurrents ». Il sera meilleur pour son image d’intégrer Android à ses produits que LiMo quasi inconnu du grand public et qui bénéficie d’un soutien moindre.

En occupant le terrain, Google fait en sorte que son système soit incontournable. Cela augmente la base installée et donc les terminaux adressable pour sa régie de publicité. Cela coupe aussi l’herbe sous le pied aux autres variantes (Meego en premier).

Source : Android-France

Actualités | 1 commentaire

Comment diminuer la consommation de la batterie ?

Posté par SOS Blog's Team le samedi 13 février 2010

etiquette_energieVous l’aurez sûrement remarqué, les smartphones consomment beaucoup plus qu’un bon vieux Nokia 3210. Il y a de quoi, puisque nous avons des écrans de plus en plus grands, des processeurs de plus en plus puissants, de plus en plus de connectivité, des fonctions multimédia croissante, etc …Tout cela, ça consomme !

De l’autre coté, les batteries ont une capacité qui augmente peu et ont parfois du mal à suivre. Si vous ajoutez à cela des firmwares parfois mal optimisés, c’est vite l’anarchie.

Sur Android, un petit logiciel Power Manager permet déjà d’améliorer la durée de vie de la batterie entre 2 charges. Il fonctionne sur la base de profils à activer en fonction du niveau de batterie restant. C’est une excellente chose mais l’action se fait à postériori. J’ai toujours entendu dire il vaut mieux prévenir que guérir … Comment faire alors ? Je n’ai pas trouvé d’application qui fasse mieux. J’émets donc des idées qui puissent intéresser un développeur ou mieux les constructeurs / créateurs des OS.

Il me semble que certaines fonctionnalités devraient être intégrées au plus bas niveau possible pour être les plus efficaces possible. A partir du panneau de configuration, l’utilisateur pourrait alors choisir comment gérer les ressources et donc leur impact sur la batterie. Tous ne le feraient pas, mais au moins, cela permettrait d’éviter dans certains cas « le fil à la patte ». Faisons un peu la liste des fonctionnalités manquantes :

Écran : C’est l’une des sources de consommation les plus importantes en attendant les écrans vraiment OLED. Il serait intéressant de pouvoir gérer la luminosité en fonction de plusieurs paramètres : l’horaire puisqu’en général la nuit, un écran à luminosité maximale ne sert à rien. Un autre paramètre est le type d’utilisation. Un film peut valoir la peine d’avoir une meilleure luminosité que l’envoi d’un SMS rapide.

Réseau mobile : la 3G consomme plus que la 2G, c’est un fait. Dans certains cas, il est inutile d’avoir la 3G activée. C’est le cas dans le train par exemple lorsque l’on passe trop souvent d’une cellule à l’autre. Un moyen simple de forcer le mode 2G ou de programmer le mode 2G permettrait de laisser respirer un peu plus la batterie. En poussant le raisonnement, avec une prédiction de l’utilisation, il serait possible d’activer la 3G à la volée (par exemple lorsqu’une application utilisant le réseau de donnée a le focus ou se synchronise en arrière plan).

Wi-Fi : Ce mode de réseau est assez peu disponible en itinérance. il serait assez intéressant de pouvoir l’activer / le désactiver automatiquement en fonction de l’endroit où l’on se trouve. Il est actif à la maison, au bureau, chez les amis, mais dans la rue, la voiture ou les transports, il se désactive.

Bluetooth : Selon votre équipement, vous pouvez ne pas avoir à avoir tout le temps votre Bluetooth activé. Si aucun de vos périphérique habituel n’est à portée, il ne sert à rien. Autant économiser l’énergie de ce coté.

Synchronisation : Cette fonctionnalité est merveilleuse. Elle vous permet de récupérer automatiquement les données mise à jour sur les serveurs (photos, contacts, e-mails, calendrier, …) quai instantanément. Toutefois, lorsque vous dormez, que le dernier e-mail arrive à l’instant ou juste après le réveil, cela importe peu. Cette fonctionnalité peut donc être programmée selon quelques créneaux horaires.

Le mode avion : il est appelé comme cela puisqu’il permet de couper toutes les connexions réseau conformément à le demande des agences de l’aviation civile. Ce mode peut aussi trouver son utilité la nuit puisque la plupart du temps votre téléphone restera inutilisé. Une programmation de la disponibilité au réseau permettrait là encore de grappiller quelques % de batterie. Si de plus vous vous servez de votre smartphone comme réveil, vous apprécieriez peut-être qu’il n’irradie pas trop la nuit…

Timeout de connexion : vous l’aurez remarqué, parfois, le chargement d’une page web est très très long. Cela peut avoir plusieurs causes : réseau avec un débit trop faible, site web très chargé non optimisé pour le mobile, voire les 2. Il vous arrive de laisser tomber et de ranger votre téléphone dans la poche. En réglant la durée au bout de laquelle le téléphone abandonne, cela vous évitera d’attendre pour rien (300 longues secondes par défaut). Choisir le type de réseau avec le quel vous ne souhaitez pas essayer, aidera aussi à économiser la batterie.

Vitesse du processeur : nous entendons toujours parler d’overclocking. Il est aussi possible d’aller dans le sens inverse. Un réglage du profil de vitesse en fonction de l’utilisation ou de ce que l’utilisateur souhaite serait aussi plus économe en énergie.

Processus inactifs : Android garde les 6 dernières applications utilisée en tache de fond. La plupart du temps tout se passe bien, mais parfois une application présente un bug et consomme du processeur donc de l’énergie. Si l’application n’est pas utilisée depuis un long moment, la garder en mémoire ne sert pas à grand chose. Autant la quitter totalement pour mieux la relancer plus tard.

Il est possible d’aller encore plus loin. Bout-à-bout, toute ces économies d’énergie peuvent représenter une autonomie plus confortable de nos téléphones de quelques heures. Cela me semble intéressant que les constructeurs puissent s’y pencher afin d’apporter une réponse intelligente à la question « quelle est la durée de vie de la batterie ?« .

Voyez vous d’autres moyens d’économiser un peu plus nos batteries ?

Opinions, Systèmes d'exploitation | 2 commentaires

La première chose est de reconnaitre le succès incontesté de l’iPhone. 33 millions d’unités vendues en Septembre 2009 dont 2 millions en France. Une mémorable claque a été donnée à l’ensemble du marché mobile en Juillet 2007. Le rythme des sorties de nouveau mobiles va toutefois en faveur d’Android. Une question vaut donc le coup : reste-t-il de la place pour les autres plateformes mobiles ? Qu’en pensent les professionnels du secteur ?

Guillaume Decugis – CEO de Goojet
Oui je le pense. L’histoire d’autres marchés comme celui des PCs a montré que partir le premier ne suffisait pas. Ceci dit, Apple a également démontré qu’il avait tiré les leçons et qu’il pouvait devenir dominant: c’est le cas sur le marché de la musique digitale où la combinaison iPod/iTunes semble indétrônable. Plus concrètement sur le marché des mobiles, il faut prendre en compte une de ses caractéristiques importantes et vraies dans tous les pays: ce sont les opérateurs mobiles qui font les ventes en promouvant les terminaux et en les subventionnant. Même Apple (qui à l’origine ne voulais pas de ce modèle) a dû finir par l’accepter : les ventes d’iPhone n’ont décollé qu’une fois les subventions classiques appliquées par Orange en France et d’autres opérateurs dans le monde. Il me semble que les opérateurs vont tout faire pour qu’il y ait non pas 1 ou 2 plateformes de smartphones mais plusieurs – tout comme ils ont dans le passé lutté – avec un certain succès – contre l’hégémonie de Nokia qui n’est jamais devenu le « Microsoft des mobiles ».

Christophe Romei – Fondateur de ServicesMobiles.fr
Il existe plus de 20 stores d’application mobile dans le monde entre les opérateurs, les constructeurs, les players et cela risque encore de grossir, nous sommes 4 milliards à avoir un mobile, et les mobiles de type Smartphone représentent une petite partie, pas 20% dans les pays à fort potentiel où les taux de pénétration saturent. Il reste encore beaucoup d’espace  et les choses ne font que commencer… 2015 a toujours été considéré comme une date phare par de nombreuse personnes dans l’industrie du mobile comme mature pour un marché qui aura la LTE et des terminaux qui ne seront pas simplement des mobiles, comme on les considère  en 2009 !
D’autres part les stores dans les pays émergents n’en sont qu’au tout début de l’histoire et les BRIC ( brésil, russie, inde, chine),auront de multiple stores avec 2 leaders : l’inde et la Chine

Morgan Segalis – CEO de Hambel Software
Seules les plateformes vraiment innovantes pourront peut être tirer leur épingle du jeux. Il reste encore beaucoup à faire dans le domaine du smartphone mobile. Une place est à prendre comme challenger en jouant sur les défauts des ces 2 plateformes, sans pour autant négliger leurs points forts. Une société réactive qui montre qu’elle ne délaisse pas son produit une fois sorti, pourrait percer dans ce milieu. Aujourd’hui, on n’a plus besoin de changer d’iPhone pour avoir les nouveautés et améliorations logiciels qu’Apple propose, c’est un grand plus. Il ne faut pas oublier que le succès de l’iPhone et d’Android est principalement dû à la facilité de télécharger des applications.

Il apparait clairement pour les professionnels, que le monde mobile ne va pas se limiter à 2 plateformes dans un proche avenir. Le mélange de la régulation de fait des opérateurs, la progression du marché dans les pays émergents, La guerre des stores et l’innovation fera que 2 seules plateformes n’étoufferont pas les autres acteurs. C’est plutôt une bonne chose. Ceci même si Nokia a, pour la première fois de son histoire, annoncé des pertes.

En se plaçant à 2 ans (vous savez 2012, l’année dont nous entendrons parler tous les jours d’ici peu), Gartner montre bien cette tendance. Sauf Symbian qui restera au dessus du lot, les dauphins seront bien Android, Apple, Blackberry et Windows mobiles tous avec des parts de marché équivalentes. Le paysage restera donc dense.

gartner2012-1

gartner2012-2

Actualités, Systèmes d'exploitation | 3 commentaires