Virgin Mobile ne tolère pas le root et les custom rom.

Posté par SOS Blog's Team le vendredi 17 juin 2011

virgin mobile

 

Virgin Mobile USA annonçait vouloir offrir une vraie expérience Android à ses clients en supprimant la surcouche constructeur des téléphones vendus. La déception qu’aurait apporté Motoblur pour le constructeur et l’opérateur en serait la cause principale. Ce n’est pas pour autant que l’opérateur autorisera tout.

« Nous n’approuvons d’aucune manière l’utilisation d’un système non testé officiellement, ainsi que le ‘root’ des téléphones. C’est une violation de nos termes de services et cela met en danger notre réseau. Nous voulons offrir à nos clients une expérience de personnalisation [des terminaux] Android dans les limites validées de l’OS Android et approuvé sur les interactions avec le réseau. »

Il faut rappeler qu’Android est basé sur un noyau linux, et qu’il est par la même occasion un OS dit « open-source », c’est à dire, que les codes qui gèrent la plateforme sont disponibles, et peuvent être ainsi utilisés par n’importe qui (à condition d’en comprendre les bases). Et c’est ce qui fait la force d’Android, car n’importe quelle personne qui connait ce domaine peut (pourrait) créer un terminal sous Android. C’est même ce qui fait sa puissance, car l’OS mobile de Google devient alors un vrai terrain de jeu pour les développeurs. Il suffit de voir le très populaire forum XDA pour observer à quel point des équipes s’en donnent à cœur joie pour nous faire profiter pleinement et presque sans limites de nos téléphones.

Mais s’opposent plusieurs arguments, venant des trois communautés distinctes que sont les constructeurs, les opérateurs et les consommateurs :

  • Pour les utilisateurs [avancés], Android est une mine d’or. Un tel système permet de mettre presque continuellement à jour un téléphone. Le LG GW620, par exemple, est apparut sur le marché en septembre 2009 sous la version 1.5 (Cupcake). LG l’avait complètement mis de côté, alors que c’était un chouette petit appareil. Aujourd’hui, et sans l’aide de la société coréenne, ce téléphone peut bénéficier de Gingerbread, soit la version 2.3 d’Android. D’autres petits modèles, comme mon cher Samsung Galaxy i5800 (Apollo), modèle d’entrée de gamme, est sur le point de bénéficier de la très célèbre rom créée par l’équipe Cyanogen Mod (et en version 7) ou encore la MIUI, alors que ces deux versions sont généralement réservées à des modèles haut de gamme. Et le tout bien sûr est optimisé, le téléphone gardant ainsi un temps de réponse excellent sans devenir gourmand sur la consommation de la batterie. A l’instar des téléphones d’Apple, nos modèles diversifiés se retrouvent sur un même pied d’égalité.
  • Pour le constructeur, le problème se joue sur un plan économique et marketing. Si un téléphone bas de gamme âgé de plus de deux ans peut devenir « aussi puissant » qu’un téléphone haut de gamme dernier cri, quel intérêt pour les consommateurs d’acheter de nouveaux modèles ? Pas de ventes rime avec pas de profits. Et sans profits, il reste à déposer le bilan. Cela « légitimerait » presque le non suivi des mises à jour et la course à l’équipement effrénée lancée par les constructeurs : processeurs toujours plus puissants, caméra HD, écrans 3D, …
  • Pour l’opérateur enfin, c’est un autre soucis. Celui-ci dispose en général d’un firmware propre à sa marque, censé optimisé pour son réseau. Les outils et bases de connaissances dont dispose son SAV répondent à cette version. Quand on voit le nombre de « Custom Rom » disponibles, il est vite très difficile d’apporter le support requis aux abonnés. Les causes de pannes deviennent infinies entre l’appareil, le firmware, le réseau, la carte SIM et … l’utilisateur … Même si internet est une excellente source d’information, il n’est techniquement et financièrement pas envisageable de tout connaître. Et comment peut-on rendre responsable l’opérateur ou le constructeur d’une modification (profonde !) apportée par l’utilisateur ?

A force de tout modifier et d’en vouloir toujours plus, est-ce que l’utilisateur ne se met pas à dos son opérateur et le constructeur au risque de se retrouver bien seul face à un téléphone cassé et 400€ en mois ? Par ailleurs, voudriez vous avoir le choix entre l’univers Android et l’univers du constructeur sur votre téléphone ?

Source : PCMag

Actualités, Opinions | 3 commentaires