La première chose est de reconnaitre le succès incontesté de l’iPhone. 33 millions d’unités vendues en Septembre 2009 dont 2 millions en France. Une mémorable claque a été donnée à l’ensemble du marché mobile en Juillet 2007. Le rythme des sorties de nouveau mobiles va toutefois en faveur d’Android. Une question vaut donc le coup : reste-t-il de la place pour les autres plateformes mobiles ? Qu’en pensent les professionnels du secteur ?

Guillaume Decugis – CEO de Goojet
Oui je le pense. L’histoire d’autres marchés comme celui des PCs a montré que partir le premier ne suffisait pas. Ceci dit, Apple a également démontré qu’il avait tiré les leçons et qu’il pouvait devenir dominant: c’est le cas sur le marché de la musique digitale où la combinaison iPod/iTunes semble indétrônable. Plus concrètement sur le marché des mobiles, il faut prendre en compte une de ses caractéristiques importantes et vraies dans tous les pays: ce sont les opérateurs mobiles qui font les ventes en promouvant les terminaux et en les subventionnant. Même Apple (qui à l’origine ne voulais pas de ce modèle) a dû finir par l’accepter : les ventes d’iPhone n’ont décollé qu’une fois les subventions classiques appliquées par Orange en France et d’autres opérateurs dans le monde. Il me semble que les opérateurs vont tout faire pour qu’il y ait non pas 1 ou 2 plateformes de smartphones mais plusieurs – tout comme ils ont dans le passé lutté – avec un certain succès – contre l’hégémonie de Nokia qui n’est jamais devenu le « Microsoft des mobiles ».

Christophe Romei – Fondateur de ServicesMobiles.fr
Il existe plus de 20 stores d’application mobile dans le monde entre les opérateurs, les constructeurs, les players et cela risque encore de grossir, nous sommes 4 milliards à avoir un mobile, et les mobiles de type Smartphone représentent une petite partie, pas 20% dans les pays à fort potentiel où les taux de pénétration saturent. Il reste encore beaucoup d’espace  et les choses ne font que commencer… 2015 a toujours été considéré comme une date phare par de nombreuse personnes dans l’industrie du mobile comme mature pour un marché qui aura la LTE et des terminaux qui ne seront pas simplement des mobiles, comme on les considère  en 2009 !
D’autres part les stores dans les pays émergents n’en sont qu’au tout début de l’histoire et les BRIC ( brésil, russie, inde, chine),auront de multiple stores avec 2 leaders : l’inde et la Chine

Morgan Segalis – CEO de Hambel Software
Seules les plateformes vraiment innovantes pourront peut être tirer leur épingle du jeux. Il reste encore beaucoup à faire dans le domaine du smartphone mobile. Une place est à prendre comme challenger en jouant sur les défauts des ces 2 plateformes, sans pour autant négliger leurs points forts. Une société réactive qui montre qu’elle ne délaisse pas son produit une fois sorti, pourrait percer dans ce milieu. Aujourd’hui, on n’a plus besoin de changer d’iPhone pour avoir les nouveautés et améliorations logiciels qu’Apple propose, c’est un grand plus. Il ne faut pas oublier que le succès de l’iPhone et d’Android est principalement dû à la facilité de télécharger des applications.

Il apparait clairement pour les professionnels, que le monde mobile ne va pas se limiter à 2 plateformes dans un proche avenir. Le mélange de la régulation de fait des opérateurs, la progression du marché dans les pays émergents, La guerre des stores et l’innovation fera que 2 seules plateformes n’étoufferont pas les autres acteurs. C’est plutôt une bonne chose. Ceci même si Nokia a, pour la première fois de son histoire, annoncé des pertes.

En se plaçant à 2 ans (vous savez 2012, l’année dont nous entendrons parler tous les jours d’ici peu), Gartner montre bien cette tendance. Sauf Symbian qui restera au dessus du lot, les dauphins seront bien Android, Apple, Blackberry et Windows mobiles tous avec des parts de marché équivalentes. Le paysage restera donc dense.

gartner2012-1

gartner2012-2

Actualités, Systèmes d'exploitation | 3 commentaires