Interview de Matthieu Tanguy, Directeur marketing de Sosh

Posté par SOS Blog Team le mercredi 14 décembre 2011 dans Opérateurs mobiles

Alors que Dimanche avait lieu la première Sosh Nite à Paris, nous avons pu organiser une petite interview de Matthieu Tanguy, directeur marketing de la marque.

Bonjour Matthieu, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Depuis 7 ans chez Orange, j’ai occupé différents postes dans le marketing avec un gros focus sur les offres. J’ai notamment travaillé sur les offres Origami et les offres dédiées aux adolescents. Lors du lancement du projet Sosh, j’en ai pris la direction marketing.

Sosh, drôle de nom pour une marque. Qu’elle en est l’origine ?

Sourire – Sosh vient de « social network », « socialize » car l’idée est de construire ensemble avec notre communauté. Le nom a généré de nombreuses questions depuis son lancement, il est aujourd’hui de plus en plus intégré. Au-delà même du nom, l’important est l’univers que l’on construit. Les offres sont à cette image : elles intègrent toutes une connexion data pour doper le côté social.

La dimension sociale est importante …

Oui, c’est le cœur de notre approche. Nous souhaitons adresser le marché des ultra-connectés de 18 à 35 ans qui placent internet au centre de leur consommation. C’est pour cela que nous proposons une approche totalement orientée web. 4 millions de Français ont changé leur façon de consommer et nous essayons de leur proposer une offre attractive tout en leur donnant un rôle plus actif.

C’est pour cela que nos espaces communautaires (Sosh.fr, Facebook et Twitter) sont mis en avant et que nous n’hésitons pas à poser les questions à notre communauté. Ainsi, pour répondre à l’une de ses attentes fortes nous avons annoncé la sortie jeudi prochain d’une édition spéciale 2H / 1 Go / SMS & MMS à 22,90€/mois dotée d’un « fair use » plutôt que d’un blocage simple après atteinte du quota de données accordé.

… n’est-elle pas dangereuse aussi ? Cela fonctionne, c’est génial, cela ne fonctionne pas c’est la cata…

Nous assumons cette transparence. Elle met en lumière les points d’amélioration et nous permet de réagir. Le nouveau client est donc averti. Ce côté transparent permet à tout le monde de s’exprimer, nous y compris. La communauté est accompagnée par une équipe de 20 chatters et 5 community managers

Vos offres sont sans engagement, quel est le mode de financement des terminaux ?

Les offres Sosh laissent le choix à l’abonné de souscrire à un forfait avec ou sans mobile. Si le client souhaite un mobile, il pourra l’acheter en une fois ou échelonner le paiement sur 12 ou 24 mois, sans frais supplémentaire et sans engagement. Les terminaux ont ainsi un prix facial attractif plus une mensualité qui permet de couvrir les coûts de ces derniers. En cas d’arrêt de l’abonnement, le client reste redevable des mensualités concernant le téléphone uniquement. Nous proposons une large gamme de téléphone puisée dans les accords du groupe Orange.

Les terminaux sont-ils non simlockés et sans la surcouche Orange ?

Pour des questions de coûts et de disponibilité, il est plus facile de proposer la gamme Orange. Les applications Orange sont présentes et les appareils particulièrement adaptés à nos services. Pour rappel, tous nos mobiles sont desimlockables gratuitement après 3 mois. La contrainte est donc légère pour nos clients.

L’esprit de Sosh est le low-cost. N’est-ce pas contradictoire avec la cible clientèle ultra connectée ? Les opérateurs se plaignent toujours de réseaux presque saturés en data.

Les clients Sosh consomment en moyenne 200 Mo de données par mois. 7% de nos clients arrivent au plafond de leur quota. C’est expliqué en partie par le Wi-Fi. La plupart des clients l’utilisent largement. Les terminaux, proposés avec les offres Sosh, permettent aussi une connexion facile aux hotspots Orange, notamment avec l’application « wifi d’Orange » disponible sur iPhone, Android et Windows 7 (60% du temps sous couverture Wi-Fi pour les citadins – NDLR). C’est aussi pourquoi nous pensons que l’offre Sosh incluant un quota limité de data est en accord avec les besoins de nos clients.

Mais pour répondre aux attentes de la communauté, nous étudions des offres fair usées comme celle présentée hier (le 12/12/2011) : une édition spéciale qui sera lancée le 15 décembre prochain et disponible jusqu’au 08 février. En mode « fair use » , le débit sera restreint, au-delà du quota, à 128 Kbps, d’autres acteurs sur ce segment de marché le limite à 64 Kbps.

Sosh est-il, pour Orange, une manière de préparer l’arrivée de Free ou de contrer la progression de La Poste Mobile ?

La clientèle de La Poste n’est pas du tout la même que celle visée par Sosh. Nous nous adressons vraiment aux ultras connectés, amateurs de smartphones qui ont fait de l’internet mobile un mode de vie. Nous avons souhaité leur dédier une marque et ses offres pour apporter une réponse à leur besoin. Ensuite, nous nous plaçons bien évidement sur le marché concurrentiel. Free – qui n’a pas encore décliné ses offres – en fait partie comme les MVNOs qui sont déjà plutôt agressifs.

Coté application mobile, quels sont les plans ?

Nous proposons, avec des développeurs indépendants de la communauté Sosh, l’application Sosh Lite disponible sur iPhone et Android. Elle permet de consulter le site au format mobile. Elle permet également de consulter son encours de communication / data / SMS. Ces applications nous permettent de valider ce qu’attendent nos clients. Elles permettent également d’attendre la version « officielle » qui devrait arriver aux alentours du mois de mars  / avril 2012.

Allez-vous adresser d’autres plateformes ?

Rien n’est décidé. Cela dépendra de beaucoup de facteurs comme la demande des clients et l’évolution de chaque plateforme. Windows Phone 7 semble un bon candidat.

Quels sont les résultats ? Quels sont les objectifs ?

Peu de chiffres sont publics. Le premier mois, nous avons ouvert 15.000 lignes. L’objectif à fin 2012 est de 500.000 lignes. Nous sommes bien partis pour l’atteindre.

Quelles sont les évolutions à prévoir ?

Il y aura une refonte des offres aux alentours du mois de février 2012. Ce sera une première étape après le retour d’expérience du lancement. Il y aura également les applications « officielles » comme je vous le disais précédemment. Cela concerne le premier trimestre. Pour le reste, il est trop tôt pour en parler.

 

Matthieu, merci.

A propos de l'auteur:
Tostaki

Blogueur sur SOSAndroid et SOSiPhone, je conseille et accompagne quelques entreprises dans leur développement sur le mobile.

Site web - Twitter - Tous les articles

Mots-Clefs: ,