Blackberry et Nokia, où en sont-ils ?

Posté par SOS Blog Team le jeudi 14 juillet 2011 dans Constructeurs mobiles

Alors qu’Android continue sa forte progression et qu’iOS ne voit pas son appartenance au peloton de tête remise en cause, 2 marques se font très discrètes. Blackberry d’abord propose en toute discretion sa tablette Playbook sans rencontrer un franc succès. Les smartphones à venir se font attendre. Le prochain Bold 9900 est « bientôt disponible » pour reprendre la terminologie officielle. Lors de l’assemblée générale des actionnaires, la direction a promis 7 nouveaux téléphones basés sur la version 7 de l’OS maison dans les prochains mois. Cela ressemble beaucoup à ce que Nokia nous avait habitué lors des dernières années. Des annonces mais point de produits.

Qu’est ce qui bloque sur Blackberry ? L’OS est à la traine en termes de fonctionnalités par rapport à la concurrence. Ensuite, la marque a du mal à attirer les développeurs sur sa plateforme très verrouillée. Ce verrouillage et des niveaux de performances trop éparts ont contraint certains à jeter l’éponge. Les efforts nécessaires ne permettent pas toujours d’atteindre la rentabilité. Enfin, les utilisateurs se voient parfois dans l’impossibilité d’accéder à des fonctionnalités de base (BBM, MMS, AppWorld …) car le serveur central de la marque les bloque … Enfin, la marque n’a pas de dialogue direct avec ses clients. Elle ne parle qu’aux gros opérateurs. Difficile dans ces conditions de rassembler.

Nokia avait largement surpris en annonçant son « alliance » avec Microsoft en février dernier. Depuis, il a fallu remobiliser les troupes pour rester cohérent. Le téléphone Meego, le N9, a été présenté et sera proposé à la vente. Ce sera le seul et c’est dommage quand l’on voit les performances atteintes (voir les vidéos Engadget). Meego arrive au même niveau que la concurrence. Toutefois, un point de vue technologique n’est pas suffisant. Il faut aussi regarder cela d’un oeil commercial et marketing. Nokia n’aurait pas eu les finances pour, comme Google avec Android, financer le système à perte dans ses 3 premières années d’existence le temps que l’écosystème se développe.

« L’alliance » avec Microsoft a donc un vrai sens et les premiers téléphones WP7 de la marque sont attendus au tournant. WP7 permettra à Nokia plusieurs choses. La première est d’externaliser totalement le développement de l’OS et donc de réduire les coûts. La seconde est la conquête du marché Nord Américain, le talon d’achile historique de la marque. Symbian n’y avait qu’une existence anecdotique. Microsoft y est largement reconnu. Réciproquement, Nokia apporte à WP7 et Microsoft la reconnaissance mondiale d’une grande marque. Cela compensera probablement le flop du lancement en novembre 2010. La dernière chose est que l’écosystème existe déjà (même si timide) car WP7 est un OS multi-marque.

Les deux marques sont donc en ballotage risqué. La première doit mettre fin au flottement stratégique en cours pour stopper l’hémorragie (voir la lettre d’un « insider » ). La seconde doit rebondir après avoir trop joué à « chat perché » . Ces deux constructeurs ont une place parmi les grand mais la fenêtre se ferme un peu plus tous les jours. Il est largement temps d’inverser la tendance pour préserver une saine concurrence et permettre de futures innovations. Un Android hégémonique ce n’est pas bon, un iOS arrogant non plus.

A propos de l'auteur:
Tostaki

Blogueur sur SOSAndroid et SOSiPhone, je conseille et accompagne quelques entreprises dans leur développement sur le mobile.

Site web - Twitter - Tous les articles

Mots-Clefs: , , ,